Histoire du Territoire de Belfort

Un département né de la guerre

Né officiellement en 1871 avec la signature du Traité de Francfort, qui met fin à la guerre franco-prussienne, le Territoire de Belfort devient un département français à part entière en 1922.

Antiquité : Temple gallo romain d'Offemont
Antiquité : Temple gallo romain d'Offemont
Antiquité : temple gallo romain d'Offemont
Antiquité : temple gallo romain d'Offemont
Antiquité : grotte de Cravanche
Antiquité : grotte de Cravanche
Antiquité : pot de terre retrouve dans la grotte de Cravanche
Antiquité : pot de terre retrouve dans la grotte de Cravanche
Antiquité : mosaïque romaine de Bavilliers
Antiquité : mosaïque romaine de Bavilliers
Antiquité : boucle burgonde de la nécropole de Bourogne
Antiquité : boucle burgonde de la nécropole de Bourogne
Du Ve au XVIIe siècle : prise de Belfort par le comte de la Suze
Du Ve au XVIIe siècle : prise de Belfort par le comte de la Suze
Du Ve au XVIIe siècle : portrait de Catherine de Bourgogne
Du Ve au XVIIe siècle : portrait de Catherine de Bourgogne
Du Ve au XVIIe siècle : le château à l'époque Habsourg 1579
Du Ve au XVIIe siècle : le château à l'époque Habsourg 1579
Du Ve au XVIIe siècle : une charte signée de l'archiduc d'Autriche Maximilien en 1492
Du Ve au XVIIe siècle : une charte signée de l'archiduc d'Autriche Maximilien en 1492
Du XVIIe au XIXe siècle : la fortification de Vauban
Du XVIIe au XIXe siècle : la fortification de Vauban
Du XVIIe au XIXe siècle : la caserne du Château construite par Haxo
Du XVIIe au XIXe siècle : la caserne du Château construite par Haxo
Du XVIIe au XIXe siècle : arbre généalogique du duc de Mazarin seigneur de Belfort
Du XVIIe au XIXe siècle : arbre généalogique du duc de Mazarin seigneur de Belfort
Du XVIIe au XIXe siècle : Denfert Rochereau
Du XVIIe au XIXe siècle : Denfert Rochereau
Du XVIIe au XIXe siècle : Charles de la porte premier Duc de Mazarin
Du XVIIe au XIXe siècle : Charles de la porte premier Duc de Mazarin
Du XVIIe au XIXe siècle : les bombardements du siège de 1813
Du XVIIe au XIXe siècle : les bombardements du siège de 1813
Depuis 1872 et création politique du département : signature du traité de Francfort en 1871
Depuis 1872 et création politique du département : signature du traité de Francfort en 1871
Depuis 1872 et création politique du département : Siège de Belfort
Depuis 1872 et création politique du département : Siège de Belfort
Depuis 1872 et création politique du département : Siège de Belfort
Depuis 1872 et création politique du département : Siège de Belfort
Depuis 1872 et création politique du département : Siège de Belfort
Depuis 1872 et création politique du département : Siège de Belfort
Depuis 1872 et création politique du département : Siège de Belfort
Depuis 1872 et création politique du département : Siège de Belfort
Depuis 1872 et création politique du département : plan de la préfecture
Depuis 1872 et création politique du département : plan de la préfecture
Depuis 1872 et création politique du département : dégâts en-1871
Depuis 1872 et création politique du département : dégâts en-1871
Depuis 1872 et création politique du département : les usines
Depuis 1872 et création politique du département : les usines
Depuis 1872 et création politique du département : les casernes
Depuis 1872 et création politique du département : les casernes
Depuis 1872 et création politique du département : les armoiries officielles du nouveau département
Depuis 1872 et création politique du département : les armoiries officielles du nouveau département
Depuis 1872 et création politique du département : le quartier neuf de 1900
Depuis 1872 et création politique du département : le quartier neuf de 1900
Depuis 1872 et création politique du département : le monument des trois sièges
Depuis 1872 et création politique du département : le monument des trois sièges
Depuis 1872 et création politique du département : Le Lion 1870 - 1871
Depuis 1872 et création politique du département : Le Lion 1870 - 1871
Depuis 1872 et création politique du département : ateliers
Depuis 1872 et création politique du département : ateliers
Depuis 1872 et création politique du département : Abel Maisonobe premier préfet du Territoire en 1922
Depuis 1872 et création politique du département : Abel Maisonobe premier préfet du Territoire en 1922
Depuis 1872 et création politique du département : Tour de la Miotte 1870 - 1871
Depuis 1872 et création politique du département : Tour de la Miotte 1870 - 1871
Fermer
©
Antiquité : Temple gallo romain d'Offemont

Du Néolithique à l'Antiquité

Si des vestiges paléolithiques sont rares dans notre région, le Néolithique est davantage présent, par exemple au Mont-Vaudois proche d'Héricourt.

Les Grottes de Cravanche, lieu de sépulture, abritaient de nombreux squelettes et objets divers (outillage, bijoux, poteries…) que l'on peut dater des environs de 4000 à 3000 avant J.C.

Des traces de différentes tribus celtiques

Au cours du 1er millénaire avant J.C., différentes peuplades se succèdent en laissant quelques traces comme le tumulus de Grandvillars (fin 7ème siècle – début 6ème siècle), ou encore le sanctuaire d'Offemont (5ème siècle).

C'est à ce moment là que différentes tribus celtiques s'installent par vagues successives dans le territoire auquel ils donneront leur nom : la Gaule.

Occupation des Séquanes

Au premier siècle avant J.C., la région de Belfort est occupée par les Sequanes comme le reste de la Franche–Comté. Les relations avec les peuples voisins sont souvent tumultueuses, c'est ce qui permettra à Jules César d'intervenir en Gaule à partir des provinces du Sud déjà conquises (Narbonaise).

En –58, il repoussa Arioviste (chef germain) au-delà du Rhin, puis à partir de –52 conquiert la Gaule « chevelue ».

Des voies romaines sont construites

Intégrée à l'Empire romain, la région se stabilise pour plusieurs siècles. Les courants d'invasions venus de l'Est durant les siècles précédents sont stoppés. Le pays reste une zone frontière où les passages de troupes sont nombreux vers le Limés et la Germanie.

Des voies romaines sont construites joignant la Gaule au Rhin. Le centre principal en est Epomanduodurum, future Mandeure dans le Pays de Montbéliard tout proche.

Vestiges de lieux de cultes, ateliers de potiers, villas, retrouvés dans le Territoire de Belfort, sont les traces visibles aujourd'hui de la romanisation.

La pression menaçante des Germains

A partir du 3ème siècle, l'Empire doit faire face, à nouveau, à la pression des Germains menaçants. La région de Belfort a été un lieu de passage important.

La grande migration des peuples barbares s'achève à la fin du 5ème siècle . Burgondes et Alamans se partagent la Trouée.

Plusieurs sites dans le département, Bourogne, Belfort, Delle, illustrent leur présence, plus particulièrement celle des Burgondes et de nombreux vestiges témoignent de leur maîtrise de la métallurgie. 

 

Du Ve au XVIIe siècle

Durant le Haut Moyen-Age (5ème-10ème siècle), la Porte de Bourgogne est tiraillée entre les influences alémaniques et franques.

Les troubles du Haut Moyen-Age

Siècles obscurs pour la région, car les écrits sont rares et les traces archéologiques peu explicites durant cette période troublée et anarchique où le pouvoir change rapidement de mains.

Il semble probable que, dès cette époque, des communautés humaines s'enracinent à partir d'habitats anciens sous l'influence de la christianisation. Le peuplement paraît plus important au sud du Territoire actuel.

1226 : première mention officielle de Belfort

Au 13ème siècle, les comtes de Montbéliard et ceux de Ferrette, héritiers de Louis de Mousson, se partagent la porte de Bourgogne et sont en lutte continuelle.

En 1226, le Traité de paix de Grandvillars les rapproche, c'est aussi la première mention de Belfort dans un document officiel.

Belfort sous domination autrichienne

Par le biais de mariages et d'héritages, la région de Belfort échoit en 1302 à Renaud de Bourgogne puis à sa fille Jeanne. Le mariage de Jeannette, fille de Jeanne, avec Albert d'Autriche, fait passer la région de Belfort sous domination autrichienne pour 3 siècles.

Belfort, petite bourgade fortifiée, affranchie depuis 1307, bénéficie des largesses de deux femmes, Jeanne de Montbéliard (morte en 1350) et Catherine de Bourgogne (décédée en 1426) : fondations d'hôpitaux, du chapitre, pavage des rues…

La région subit aussi des ravages lors de passage de troupes (guerre de Cent ans, guerre avec la Bourgogne, rebellions diverses, conflits religieux). La population est aussi touchée par des épidémies très meurtrières.

1648 : Traités de Westphalie

A partir de 1617, la contrée connaît des dévastations encore plus graves liées à la guerre de Trente ans ; celle-ci fait disparaître environ la moitié de la population.

En 1636, le comte de la Suze s'empare de Belfort au nom du roi de France ; conquête confirmée par les Traités de Westphalie en 1648.

Du XVIIe au XIXe siècle

Le comte de la Suze, seigneur de Belfort, fait construire une couronne protégeant le château à l'Est ; mais il se rallie à la Fronde et Louis XIV fait reprendre la ville par ses troupes. Il attribue les anciennes terres autrichiennes au cardinal de Mazarin qui devient à son tour comte de Belfort.

Désormais, les héritiers du cardinal sont les seigneurs de la ville jusqu'en 1789.

Belfort, véritable place de guerre

Malgré la fortification de 1648, Belfort n'est qu'un bourg modeste, à nouveau assiégé en 1674. Aussi, le Maréchal de Vauban, commissaire aux fortifications, propose dès 1675 à l'issue d'une première visite à Belfort, des améliorations du système défensif.

L'acquisition de la Franche-Comté en 1678 accroît encore l'importance de la Trouée. Les travaux acceptés par le roi débutent en 1687 et font de Belfort une véritable place de guerre : la surface de la ville est doublée, elle est entourée d'une enceinte pentagonale bastionnée, dotée de plusieurs casernes.

Vauban invente aussi un système défensif original afin de pouvoir stopper une attaque ennemie depuis les collines qui encerclent la ville et la mettent en position de faiblesse. Au 18ème siècle, la ville s'agrandit au-delà des fortifications.

1813 - 1815 : deux sièges en 3 ans

A la fin de l'Empire, Belfort subit 2 sièges : celui qui précède la première déposition de Napoléon, de la fin de 1813 à avril 1814 – le plus long siège de l'histoire de la ville (133 jours) – puis celui de 1815, plus bref, avant la chute définitive du régime impérial.

Les populations de Belfort et du Territoire ont durement souffert, tant des combats que de l'occupation des troupes coalisées essentiellement autrichiennes.

Première ligne face au Rhin

Sous la Restauration, des travaux importants sont entrepris afin d'assurer une meilleure protection de la Place forte, celle-ci se trouvant en première ligne face au Rhin. Ils concernent d'abord la citadelle puis les environs, les collines environnant Belfort. Dans un premier temps, la Miotte et la Justice forment un camp retranché en direction du nord.

Ces travaux seront menés à bien par le général Haxo de 1823 à 1841. Les fortifications seront achevées, en partie seulement, par le commandant Denfert Rochereau. Arrivé à Belfort en 1864, il travaille à la mise en défense des ouvrages de la forteresse. 

La création politique du Territoire de Belfort

Le département est directement né de la guerre de 1870 durant laquelle Belfort devra subir un long siège de 3 mois.

En 1870

En 1870, Belfort, chef-lieu d'arrondissement du département du Haut-Rhin, exerce déjà des fonctions militaires, administratives et commerciales.

Avec ses 6257 habitants, la cité n'est qu'une petite ville, enserrée dans les remparts de Vauban, mais dont l'extension a débuté au-delà de la Savoureuse, vers la gare nouvellement construite.

La guerre contre la Prusse bouleverse les destinées de la ville

L'armée française se trouve rapidement en difficulté. La capitulation de Napoléon III et de son armée à Sedan provoque la chute de l'Empire et la proclamation de la République le 4 septembre 1870. Mais celle-ci ne peut changer le sort des armes.

En septembre – octobre, l'Alsace est investie par les troupes prussiennes. Belfort se retrouve en première ligne. Nommé commandant supérieur de la Place le 19 octobre par Gambetta, Denfert-Rochereau accélère les travaux autour de la Place forte.

La ville va subir un long siège du 2 novembre 1870 au 13 février 1871. Les habitants ne se laissent pas décourager ; ni les bombardements ni les menaces ennemies ne viendront à bout du moral des assiégés.

Les Prussiens pénètrent dans la ville

Une convention d'Armistice entre le gouvernement de défense nationale et Bismarck est signée alors que la ville résiste toujours.

Le 13 février, le gouvernement français ordonne au commandant de la place de livrer celle-ci aux Allemands. Au moment où se termine l'évacuation des troupes françaises, les prussiens pénètrent dans la ville, les fenêtres sont closes et les rues désertées par la population.

Le Traité de Francfort, signé le 10 mai 1871, consacre d'une part la défaite de la France – perte de l'Alsace et du nord de la Lorraine, indemnité de 5 milliards de francs à verser – et d'autre part, est à l'origine de l'essor de la cité et de son territoire.

Belfort échappe à l'annexion

Belfort échappe à l'annexion grâce à sa résistance et à l'habileté de Thiers et des négociateurs français qui, après de nombreuses rencontres, obtiennent des Allemands qu'ils cèdent à la France une zone plus vaste que l'enclave primitivement accordée.

Cette zone recouvre 105 communes. La frontière avec l'Alsace allemande suivra la ligne de partage des eaux et correspondra à peu près à la frontière linguistique.

Proche des frontières suisse et allemande, la ville de Belfort sera un carrefour important et le territoire qui l'entoure embryon d'un futur département né de circonstances uniques.

Depuis 1872

Ce n'est qu'en 1922 que le Territoire de Belfort obtiendra le statut définitif de département à part entière.

Le Territoire de Belfort conserve le nom de Haut-Rhin

Si, à l'issue de la guerre de 1870, Belfort et les communes correspondant à l'ancien arrondissement du Haut-Rhin restent à la France, la question du devenir de ce territoire se pose rapidement. Rien ne doit laisser penser que l'on s'accommode de la défaite ; l'Alsace et la Lorraine seront reconquises.

Aussi, le Territoire garde-t-il le nom de Haut-Rhin jusqu'à la Première Guerre mondiale. On ne crée officiellement ni département ni administration.

Le plus haut responsable administratif s'appelle « l'Administrateur faisant fonction de Préfet » et c'est une commission qui exerce les attributions du Conseil général.

Une ville en pleine croissance

Cependant, la ville s'étend rapidement. La population belfortaine, comme celle du territoire, augmente vite et les besoins administratifs se font sentir. Aussi, une préfecture est-elle édifiée au début du XXe siècle (1901-1902) ainsi qu'un palais de justice. D'autres constructions, tant commerciales, militaires qu'industrielles, s'élèvent de part et d'autre de la Savoureuse.

Belfort devient rapidement le symbole du patriotisme.

De nombreux monuments, dont le plus célèbre est le Lion, sont édifiés. Ils rappellent la défense héroïque de la Place et le maintien à la France d'un petit morceau d'Alsace.

Belfort, symbole patriotique

Avant 1914, lors de chaque fête nationale, de nombreux manifestants convergent vers la cité du Lion.

Parmi eux, des Alsaciens nostalgiques sont accueillis avec ferveur. Ils rappellent les provinces perdues et entretiennent un sentiment patriotique de plus en plus fort lors des grands défilés militaires.

11 mars 1922, le Territoire de Belfort est créé

La victoire de 1918 et le retour à la France des terres alsaciennes et lorraines auraient dû permettre de rattacher le Territoire de Belfort au Haut-Rhin. Il n'en a rien été.

Pour diverses raisons, politiques mais surtout économiques, le gouvernement crée, le 11 mars 1922, un nouveau département : le Territoire de Belfort.

A plusieurs reprises, dès 1918-1919 mais aussi en 1945, un nouveau découpage territorial a été envisagé afin de repousser les limites de cette petite entité vers l'ouest et le sud. Aucune de ces tentatives n'a abouti. Le Territoire de Belfort est resté ce département (le seul en France) né de circonstances historiques exceptionnelles et porteur d'une forte charge patriotique

L'autorité d'un fonctionnaire de l'Etat

Comme dans tout département, l'administration départementale du territoire est placée sous l'autorité d'un fonctionnaire de l'Etat : le Préfet ; le conseil général n'ayant alors qu'un rôle de proposition.

L'installation des administrations de l'Etat dans le département ne se fait que progressivement et partiellement. Ainsi, dans le domaine de la justice, le Territoire de Belfort ne possède toujours pas de Cour d'assises.

De 1871 à 1982, le nombre de cantons est passé de 5 à 15.

Le Lion de Belfort : inauguré en août 1880

Le projet d'ériger un monument à la gloire des défenseurs de Belfort lors du siège de 1870-1871 remonte à 1872.

Le sculpteur colmarien Auguste Bartholdi, qui a été choisi, expose sa conception d'un tel monument commémoratif au maire Edouard Mény dès mars 1872. Son projet, le premier d'une série de 3 ou 4, est défini en août : ce sera un lion de 4 mètres de haut, en pierre blanche pour trancher sur la couleur foncée de la roche du château où il doit être placé.

Le crédit nécessaire à cette réalisation est voté par le conseil municipal en mai 1873, mais un deuxième projet voit le jour en octobre de la même année. Le monument aura, cette fois, une longueur de 15 mètres sur 7 mètres de haut. Il est toujours prévu, pour l'instant du moins, en pierre blanche. Le coût étant évalué à 50.000 francs, la ville ouvre une souscription nationale.

A la clôture de cette souscription, en mai 1874, plus de mille lettres ont été adressées, totalisant 92.000 francs de promesses de dons, de 25 centimes à 3000 francs.

Tout le pays s'est ému. Eriger un tel Lion, symbole de la vaillante résistance locale à l'envahisseur et de l'honneur sauvé, est une affaire nationale. Avant même d'être construit, le Lion est déjà entré dans la légende.

Les Belfortains se sont emballés pour l'élévation du monument. Mais la construction, entamée au printemps 1876, traîne. La dernière pierre ne sera posée qu'en septembre 1879.

On sent poindre un certain désenchantement, voire une régression du sentiment d'unanimité de départ. La déception vient-elle en partie du grès rose des carrières de la région (Pérouse) qui remplace le calcaire blanc du projet initial ?

D'autre part, un malentendu entre la ville et le sculpteur Bartholdi est à l'origine du "ratage" de la vraie naissance du Lion. La ville de Belfort refuse toute inauguration officielle et l'artiste, qui veut célébrer son oeuvre, doit illuminer le monument à ses frais (28 août 1880).

Un long procès suivra, étalé sur plusieurs années, ainsi qu'un grand ressentiment de l'artiste, à qui la ville a pourtant confié en 1878 la réalisation d'un autre monument commémoratif, le monument des Trois Sièges.