Label LPO

Label LPO : les engagements du Département pour la période 2011-2015

 

Améliorer les habitats naturels et semi-naturels en faveur de la faune et de la flore sauvage

  • Planter des haies et des bosquets attractifs (composante arborée, buissonnante et herbacée) et constitués d'espèces locales au sein de la zone de prairies et de pelouses.
  • Développer les roselières des étangs du Malsaucy et de la Véronne.
  • Créer des mares avec des profils diversifiés afin d'accueillir une diversité d'espèces d'amphibiens et d'insectes.
  • Maintenir les îlots en face de l'observatoire aux oiseaux à un stade pionnier, pour permettre aux oiseaux de nicher sur un substrat minéral (matériaux pierreux notamment).
  • Remplacer les espèces exotiques par des espèces locales.
  • Réouvir les prairies récemment enfrichées.
  • Améliorer la naturalité de la forêt et favoriser des zones de sénescences dans les secteurs boisés.
  • Maintenir la vidange régulière du Malsaucy et en définir une pour l'étang de la Véronne en concordance avec les rythmes biologiques de la faune et flore sauvages.
  • Restaurer des zones humides par réouverture des prairies récemment enfrichées.
  • Gérer les prairies par une fauche annuelle tardive, avec exportation de la matière.

 

Respecter les rythmes naturels dans les opérations d'aménagement et d'entretien du site

  • Ne pas procéder à des débroussaillages à la taille des massifs arbustifs et des arbres (sauf raisons de sécurité publique) entre mars et octobre afin de ne pas perturber la reproduction des espèces (notamment oiseaux) sauf dans l'espace d'implantation du festival des Eurockéennes où la date est anticipée à début juin.
  • Différencier les périodes, fréquences et hauteurs de coupe des espaces herbeux :
    • zone de loisirs : tontes régulières à partir du printemps en recherchant une diversification de la composition végétale des pelouses ;
    • secteur de la MDE : fauche au plus tôt début juin et développement de bandes refuges fauchées à l'automne ;
    • prairies humides dans la partie nord du site : une fauche annuelle à l'automne avec exportation de la matière végétale.
  • Pas d'utilisation de désherbants, de produits phytosanitaires, ni d'engrais chimiques.
  • Laisser le maximum de zones à reconquête naturelle (sans réensemencement) après le festival des Eurockéennes.

 

Développer des cycles écologiques complets au sein du site

  • Déposer les produits de taille broyés dans les massifs ornementaux à l'entrée du site.
  • Gérer de manière patrimoniale les sols pour éviter le recours à des traitements curatifs.
  • Conserver les bois morts sur pieds et au sol (en variant la taille des bois) dans les espaces non ouverts au public, pour favoriser les insectes xylophages.
  • Laisser les produits de tonte sur place dans les espaces de loisirs afin de restituer au sol de la matière organique.

 

Lutter contre espèces invasives

  • Mener un plan de lutte global et cohérent avec des moyens mécaniques ou biologiques.
  • Informer les riverains.
  • Prévenir les infestations par un contrôle rigoureux des apports de terre et des engins.

 

Créer des connexions écologiques internes au site

  • Maintenir un ourlet herbeux autour des espaces boisés et arbustifs fauchés à l'automne.
  • Réaliser des plantations en « pas japonais ».
  • Renforcer le corridor herbeux et buissonnant allant du parking à la forêt.

 

Adapter les usages selon les caractéristiques écologiques des différents espaces du site

  • Maintenir le découpage en zones de libre accès et zones de quiétude.
  • Améliorer la lisibilité de la réglementation (chasse, chiens tenus en laisse, navigation, secteurs pêchés et non pêchés,...).
  • Limiter les équipements permanents (Eurockéennes) et temporaires à mesure que l'on entre dans le site.
  •  Limiter les déplacements motorisés y compris durant le festival des Eurockéennes.

 

Promouvoir l'adhésion à la démarche « nature de proximité »

  • Poursuivre les actions d'animations pédagogiques de la Maison départementale de l'environnement, implantée sur le site du Malsaucy :
    • action scolaire en direction des écoles élémentaires et collèges : 150 classes par an ;
    • information permanente du grand public sur la démarche « refuge de proximité » ;
    • promotion des comportements domestiques favorables à la biodiversité : ateliers jardinage au naturel... ;
    • expositions de sensibilisation à l'environnement : 40 000 visiteurs par an ;
    • conférences, sorties et séances de « coaching naturaliste » : 10 à 20 par an.
  • Accompagner Territoire de Musiques dans l'élaboration d'une charte environnementale « Eurockéennes ».
  • Intégrer la mise en place du refuge LPO dans la signalétique du site.
  • Favoriser des comportements d'observation du patrimoine naturel par la réalisation d'équipements adaptés : observatoires et pontons sur le site, et espace muséographique dédié permanent à la Maison de l'environnement : le Biorama.